bandeau
fren

Ethique

La restauration de ce gîte a été guidée par la préservation de l'environnement et de la santé de ses occupants.

Les enjeux écologiques auxquels nous sommes confrontés doivent en effet nous amener à réagir pour protéger l'environnement de nos enfants. Le tourisme doit lui aussi s'inscrire dans un développement durable et participer notamment à la préservation du patrimoine naturel et culturel.

C'est pourquoi nous nous engageons à respecter les principes de l'écotourisme et du tourisme durable :

Afin de réaliser une restauration respectueuse de l'environnement et de l'architecture locale, le projet a été défini avec l'aide des Gîtes de France, de l'association des Maisons Paysannes du Lot, du CAUE du Lot (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement) et sous le contrôle d'une architecte : Madame Salamagne.

Eco-construction

Bon nombre d'éléments anciens et de matériaux issus de la démolition ont été réemployés : portes intérieures, planchers anciens, ferronneries, enduits, vieux meubles …

Pour la restauration, des matériaux sains et traditionnels ont été utilisés :

Afin de préserver la relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat, l'aspect extérieur du bâtiment n'a pas été modifié. Il y a très peu d'ouvertures au nord, à l'est ou à l'ouest. La très grande majorité est orientée plein sud pour bénéficier de la lumière et se protéger du froid en hiver.

Pendant la chantier, les déchets des artisans ont été triés et une recherche de la minimisation de ceux-ci a été effectuée. On a veillé à ce que le chantier n'engendre pas de pollutions.

Eco-gestion

Chacun peut, à son échelle participer à la sauvegarde de la planète avec des gestes concrets et quotidiens.

Réduire les dépenses énergétiques

Les appareils électroménagers ont été choisis en fonction de leur faible consommation en eau et en électricité (étiquette énergie A ou A+). Les ampoules électriques sont économes en énergie.

Chauffage et climatisation

Une pompe à chaleur (avec thermostat par pièce) permet de diminuer les dépenses d'énergie en chauffage et climatisation. Les deux cheminées permettent d'utiliser les ressources locales (bois) pour se chauffer en complément.

La climatisation a été rendue nécessaire par l'aménagement du grenier : la toiture en ardoise foncées capte en effet beaucoup de chaleur, et au cœur de l'été, la chaleur peut être intense. Le fluide utilisé par la pompe à chaleur, à base d'alcool, est sans danger pour l'environnement. Au rez-de-chaussée, l'inertie thermique de la maison rend la climatisation superflue (la maison reste fraîche en été).

Une VMC double flux a été installée pour renouveler l'air de la maison tout en gardant la chaleur (en hiver) ou la fraîcheur (en été) des pièces.

Valoriser les déchets

Sur place, vous êtes encouragés à pratiquer le tri sélectif des déchets : emballages et magazines, verre, déchets organiques, ordures ménagères résiduelles, piles.

Economiser l'eau

L'usage du lave-vaisselle permet d'économiser de l'eau par rapport à un lavage manuel. Des chasses d'eau économiques double débit et des réducteurs de pression ont été installés. Les robinets sont équipés de mitigeurs et les douches de mitigeurs thermostatiques. L'installation de douches a été préférée aux baignoires, les bains étant plus consommateurs d'eau. L'eau, qui est assez calcaire dans la région est traitée à la sortie du compteur pour améliorer votre confort et prolonger la durée de vie des appareils électroménagers.  La récupération de l'eau de pluie est en projet.

Utiliser des produits d'entretien non nocifs

Des chiffons microfibre, du vinaigre blanc et des produits ménagers labellisés « NF Environnement » sont à diposition dans le gîte.

Le parc du Domaine : une gestion différenciée

Sur les 70'000 m2 (7 hectares) du parc, 30'000 m2 sont directement accessibles. Des moutons pâturent pour entretenir naturellement la partie non accessible. Plus de 1000 arbres et arbustes ont été plantés au cours des 10 dernières années. Toutes les espèces sont locales ou adaptées aux conditions pédoclimatiques du Causse (buis, érables champêtres, sureaux, lilas, charmes communs, lauriers, viornes, cornouillers, prunus, rosiers, lavandes, …).

Tonte

Les abords du gîte sont tondus avec une tondeuse recycleuse (herbe broyée très finement et laissée sur place pour limiter les déchets et produire de l'engrais). Les espèces spontanées rares sont préservées (orchidées notamment). En revanche, le parc est fauché une fois par an. Le foin est ramassé et donné en hiver aux moutons qui entretiennent l'autre partie du parc.

Désherbage

Les plantations et les allées gravillonnées autour de la maison sont désherbées manuellement. Des massifs ont été créés dans le parc, et l'herbe n'y est fauchée qu'en automne : en été, ceci permet de conserver une certaine fraicheur au pied des arbustes, et de conserver un équilibre écologique : les graminées et autres fleurs sauvages peuvent se reproduire et offrent de la nourriture aux insectes. Seules les allées sont tondues régulièrement.

Paillage

Les branches taillées sont broyées, et les petits morceaux de bois étendus au pied des arbustes réduisent les arrosages en maintenant l'humidité et limitent le désherbage.

L'usage des produits chimiques est proscrit.

Respecter l'histoire de la maison

La partie la plus ancienne de cette maison date du XVIème siècle. Comme beaucoup de fermes de cette époque, elle a été agrandie et modifiée à plusieurs reprises : en 1721, en 1778, puis une aile a été ajoutée vers 1839.

Depuis les années 1950, la maison était utilisée comme bâtiment agricole (séchoir à tabac).